Tag : Mes séries adorées

Bonjour!

Ca faisait un petit moment que j’avais ce tag sous la main, je l’avais trouvé sur le joli blog d’Ali (son article ici) et je m’étais dit que j’y répondrais un jour prochain…. C’est chose faite!

  1. La série que tu ne peux absolument pas manquer ?

En général, quand je commence à suivre une série et que j’accroche, j’aime mieux ne manquer aucun épisode. En ce moment c’est Greys Anatomy saison 12 que j’attends avec impatience toutes les semaines.

Jesse-Williams-Kevin-McKidd-et-les-autres_max1024x768

  1. La série qui t’insupporte le plus ?

Il y en avait une que mon chéri regardait et que je trouvais vraiment nulle, il me seble que c’était Battlestar Galactica. De toute façon la science fiction en général je n’accroche pas du tout, mais là en plus je trouvais ça vraiment mal joué.

battlestar-galactica

  1. La série que tu aimais et qu’au fil du temps tu as cessé de regarder ?

J’ai adoré la première saison des Revenants, mais vraiment ça me fascinait. J’ai attendu la deuxième saison avec une passion folle et finalement, au bout de 3 épisodes j’ai lâché. Apparemment je ne suis pas la seule à avoir été déçue comme ça.

1

  1. La série de ton enfance ?

Il y en a plusieurs, la Petite Maison dans la Prairie of course, mais aussi Madame est servie, Une nounou d’enfer… et puis les séries AB mais c’était plus à l’adolescence.

Madame_est_Servie

  1. Une série française que tu aimes bien ?

Je suis fan d’Un village français, mais forcément, comme la période dont ça parle. Et puis dernièrement Versailles, je ne sais pas si on peut la considérer comme vraiment française, mais j’accroche énormément, pour les mêmes raisons que la première. Et puis « Clem », que je trouve très intelligente et vraiment bien jouée.

un_village_francais

  1. As-tu une série que tu as vu et revu ? Si oui, laquelle ?

C’est très rare que je regarde la même série avec les mêmes épisodes plusieurs fois. La seule que je peux revoir sans me lasser c’est Friends.

friends-reunion-2016

  1. La série (française ou internationale) dans laquelle tu aurais aimé avoir un rôle ?

Alors là…. Toutes celles que je regarde et que j’aime, sauf celles où il y a trop d’action genre Homeland lol

  1. Quelles sont les séries que tu regardes en ce moment ?

Greys, Big Bang, Versailles, Un village français, j’en oublie sûrement

share

  1. Quelle est ta série préférée de tous les temps?

Friends c’est la vie

Friends-les-retrouvailles-ont-du-plomb-dans-l-aile.-Un-acteur-manque-a-l-appel_portrait_w674

  1. Quel est ton genre préféré ?

Je n’ai jamais été très douée pour définir un genre. J’aime quand il y a des histoires d’amour, j’aime bien quand on rit, et puis aussi quand ça raconte quelque chose évidemment.

  1. Tu visionnes à la télé ou en ligne ?

Les deux mais surtout en ligne

  1. Quelle est ta télé-réalité préférée ?

L’amour est dans le pré, je suis fanLe-logo-de-L-Amour-est-dans-le-pre_exact1024x768_l

  1. Quelle est ta série dramatique préférée ?

Greys Anatomy, Homeland, un village français

homeland

  1. Quelle est ta série fantastique préférée ?

Under the Dome, Fringe

1875325-under-the-dome-c-est-fini

  1. Quelle est ta série comique préférée ?

Friends, the big bang theory, How i met your mother

HOW I MET YOUR MOTHER

  1. Guilty pleasure ?

Les mystères de l’amour, et pourtant je trouve ça très con mais je ne peux pas m’empêcher de regarder lol

arton78711

  1. Quel est ton animé préféré ?

Aucune idée

  1. Ta citation séries préférée ?

Allez sans être original, « Bazinga ! » de Sheldon dans Big Bang

bigbangtheoryday-170934

  1. Quel personnage féminin de série te correspond le plus ?

J’aurai tendance à dire Lynette Scavo, dans le genre mère de famille complètement dépassée lol

Lynette--Desperate-Housewives-7x03-Photo--promo-2

  1. Quel personnage féminin de série trouves-tu le mieux habillé ?

J’avoue que je ne regarde pas vraiment ce genre de détail 😉

 

Si vous avez envie d’y répondre, je serai bien heureuse d’aller voir ça, mettez moi le lien dans les commentaires, merci!!!!

 

Gros plan sur Saperlipopette, une boutique trop chouette!

Hello!

J’avais envie aujourd’hui, pour changer un peu, de vous présenter une chouette fille aux doigts de fée qui réalise avec un talent fou plein de jolies choses… ça fait beaucoup de compliments dans une seule phrase mais vous allez voir par vous même qu’elle le mérite 😉

bérengère

Je la laisse se présenter et parler un peu de son travail avec quelques questions que je lui ai posées…


Pouvez-vous donc vous présenter et nous raconter ce qui vous a amené un beau jour dans le monde merveilleux de la création ?

Bonjour, je m’appelle Bérangère DENIS, alias Chiknana sur la blogosphère, j’ai 42 ans, j’habite du côté de Dieppe en Normandie, mais je suis originaire de Lille, et pour tout vous avouer, mon cœur est toujours là bas. J’ai donc l’accent bien tassé, la joie de vivre même quand le ciel est bas et gris, et le goût des autres. Je suis de nature optimiste et curieuse, je suis aussi franche et naturelle, j’aime qu’on le soit également en retour. C’est lors de la grossesse de mon 2ème enfant, en 2007, que le virus du scrap m’a contaminée. J’ai attaqué de suite par des mini albums, sur mes 2 grossesses, puis ensuite par les pages. J’ai depuis le début, adoré utiliser beaucoup de papiers différents; j’aime par dessus tout mélanger les imprimés et et les couleurs. Les combos couleurs improbables, pour certains, sont pour moi une délectation! Vous pouvez découvrir mon scrap sur mon ancien blog: http://chiknana.canalblog.com/ et sur mon nouveau: http://dansmonmondecolore.blogspot.fr/

bannière boutique chiknana

Enfant, j’ai toujours été très créative, très imaginative, dessinant durant des heures, découpant dans les catalogues de mode de ma maman, des silhouettes que je recollais dans un paysage que j’avais créé. Ado, j’ai même relooké ma chambre de mes dessins et peintures à même la tapisserie. J’ai voulu faire beaucoup de métiers différents: fermière, fleuriste, photographe, coiffeuse, j’ai voulu faire une école de dessin pour pouvoir créer du packaging , j’ai voulu également faire une école dans la filière textile afin de créer des motifs de tissus, ………… que nenni……… finalement je me suis retrouvée avec un diplôme d’infirmière (pour faire plaisir aux parents), et j’ai cumulé des années de commerce où je me suis totalement épanouie à gérer une équipe et un magasin de cadeau-gadget.

Pourquoi avoir choisi la couture en particulier ?

Après mon congé parental, j’ai décidé de reprendre encore un nouveau virage professionnel, me voici désormais assistante maternelle!!! J’aime être chez moi, travailler chez moi, m’occuper des miens et des enfants que je garde. Je suis mariée depuis 14 ans avec mon homme, et nous avons 2 merveilleux enfants, Matéo 12 ans et Lilirose 9 ans, très dynamiques, très bavards et très imaginatifs. Bref je ne m’ennuie pas. Surtout que depuis 2 an 1/2, une deuxième passion m’a envahi, naturellement, génétiquement peut-être : la couture. Ma grand mère maternelle était couturière et ma maman a toujours cousu (et tricoté); aussi loin que je remonte dans ma mémoire, j’ai toujours connu ma mère, attablée à ses ouvrages, occupant toute la cuisine, étalant et découpant ses tissus avec frénésie. Je n’ai pas repris la couture de vêtements comme elle le faisait si bien, j’ai démarré instinctivement en faisant des objets pratiques (portemonnaie, porte-chéquier) et des vêtements pour poupées. Mais je n’ai pas su m’arrêter, j’ai donc décidé d’ouvrir une boutique en ligne, « Chez Saperlipopette », il y a 2 ans, car je me suis mise à coudre par boulimie, sans avoir vraiment besoin personnellement de ce que je cousais. MDRRRRR! Il faut dire que je me concentre essentiellement sur l’univers enfant, et que comme pour le scrap, ce sont les mélanges d’imprimés et de couleurs que j’affectionne le plus.

Avez-vous des modèles, des artistes qui vous ont inspirée et vous inspirent encore pour votre travail ?

On commence avec ceux qui me viennent de suite à l’esprit

Marc Chagall, Vincent Van Gogh, Christian Lacroix, Helen Dardik, Jace

Quels sont les modèles les plus demandés ?

Les plaids incontestablement. Je pense que le succès est là, car je marie les coloris et les imprimés de manière imprévue, ce qui fait de chacun des plaids, une pièce unique.

Les monstres, les girafes , les broches et les champignons aussi, pour les mêmes raisons

 Avez-vous une anecdote à nous raconter sur l’une de ces commandes particulières ?

Il y a 1 mois, j’ai répondu à la demande particulière d’une cliente: Elle voulait que je lui réalise 3 poupées russes de tailles différentes, ainsi qu’une robe 9-12 mois, afin de créer un faire part de baptême pour sa fille. Son projet était de prendre en photo sa fille (avec sa robe) assise parmi les poupées russes et de faire de cette photo, le faire part de baptême. J’ai trouvé ce projet totalement extra, et super original. ça m’a bottée de suite, surtout que cette cliente voulait des couleurs vives comme j’aime: un combo violet-rouge-rose-orange. Je me suis totalement éclatée sur ce projet. Et j’ai été extrêmement flattée que l’on pense à moi.

13090497_1108095272544772_1640359627_n

13115616_1108095269211439_786627288_n

 Comment définiriez-vous votre manière de travailler? Plutôt organisée, plutôt libre ?

Quelle est votre façon de procéder pour réaliser une pièce ?

 Alors là, ça va être super compliqué à expliquer. Je suis, je pense, super organisée, vis à vis de ma boutique. J’anticipe les besoins, j’anticipe les commandes de matériels, je gère mes dépenses, je planifie tout. Y a des post-it partout chez moi. Pour dans 1 semaine, pour dans 15 jours, pour dans 1 mois, pour dans 3 mois……

Il ne faut pas oublier que je cumule mon activité couture avec mon activité assistante maternelle, et tout ça à la maison. C’est à dire, que je jongle en permanence, entre mes enfants, les enfants que je garde, ma maison, mon mari et mon jardin (oui, parce qu’en plus je gère, un jardin fruitier et fleuri, et 4 carrés potagers) . Je dois être du genre super-active. Il est vrai que je dors très bien.

Par contre, par exemple quand je crée 12 monstres, j’en fous partout, je sors, une multitude de tissus, histoire de trouver les accords parfaits, et je découpe tout, du corps jusqu’à la crête, en passant par les bras. Pour 1 monstre, il me faut 8 à 9 tissus différents. Donc 12 monstres = 96 tissus différents, ben oui, il ne faut pas qu’ils se ressemblent….. Mais justement, c’est là qu’est ma liberté. Le choix des tissus, c’est là où je suis dans une sorte d’extase totallllllllllllllle! LOL. Sans déconner en plus.

C’est pour cela qu’il m’est difficile de répondre aux commandes personnalisées, un peu trop précises, car ça me coupe ma liberté d’expression et donc ma liberté d’être moi même.

Là où est le HIC, c’est que j’aime que ça aille vite…… Et c’est pas possible. Parce que 96 bouts de tissus à assembler, ça prend du temps. J’aime que ça aille vite, parce que le projet suivant est déjà prêt dans la tête, et ça bout et ça bout……. J’attends le prochain moment d’extase, Re-LOL. Mais j’ai trouvé la solution. Je m’organise en cageots.

Hahaha j’suis morte de rire, en écrivant cela. J’ai un cageot , « en cours de finitions ». Un cageot, « en cours »; et un cageot, « tissus sélectionnés ». J’alterne selon l’humeur, l’envie…. Et je trinqueballe ça, de mon canapé à ma salle à manger,, à mon atelier, en passant par mon lit….. Toujours un truc à faire en fait. Comme ça, je suis heureuse.

 Avez-vous un dernier message à passer dans cette petite interview ?

Je suis ravie de répondre à l’interview de Lorelei, que je côtoie depuis une paire d’années sur le web. Il y a des gens comme cela que l’on ne rencontre jamais ( ou bien 1 fois), et que l’on apprécie pour tout ce qu’elle véhicule sur Facebook: gentillesse, douceur, politesse, honnêteté, générosité et disponibilité . Et tout cela naturellement, sans arrière pensée ou intérêt derrière. C’est tout ce que j’aime. J’aime m’entourer de ce genre de personnes. Merci infiniment Lorelei, d’avoir pensé à moi.


Je remercie infiniment Bérengère pour sa gentillesse 😉

Pour tout vous dire, une amie m’a offert une superbe girafe sur laquelle j’avais flashé dans sa boutique pour la naissance de mon fils. Elle s’appelle Arthur et je la trouve magnifique.

IMG_1643

Du coup, pour la naissance de la fille de ma meilleure amie en décembre dernier j’ai moi aussi fait des petits achats chez Saperlipopette 😉

Pour que vous puissiez vous aussi gâter vos enfants ou vos proches, Bérengère nous a laissé un petit code promo que voici

code réduc chiknana

Si son univers vous a charmé autant que moi, n’hésitez pas à aller en oir un peu plus par ici aussi!

Liste des boutiques qu’elle adore sur Pinterest

https://fr.pinterest.com/chiknana/blogs-boutiques-que-j-adore/

Des Illustrations qu’elle aime

https://fr.pinterest.com/chiknana/illustrations/

Ses Inspirations artistiques

https://fr.pinterest.com/chiknana/inspi-art/

Sa boutique

https://www.alittlemarket.com/boutique/chez_saperlipopette-210307.html

J’espère que votre découverte fut belle!

Bisous à tous!

 

Le téléphone (vieux texte)

Le téléphone, il ne sonne jamais quand il faut. Il te réveille le matin quand tu dors, il te sort brutalement de tes rêves sans aucun ménagement. Il n’y a rien de mieux pour me mettre d’une humeur de chien toute la journée que d’être tirée de mon sommeil par la sonnerie du téléphone. Il sonne toujours quand t’as envie de ne parler à personne. Quand tu préfères rester dans ton chagrin parce que t’as peur que l’autre entende tes larmes à l’autre bout du fil. Quand c’est plus facile de garder le silence et que t’as trop mal pour partager ça avec quelqu’un. Alors là, oui, il sonne. Toujours aussi quand t’es pas chez toi, quand t’es occupé, à la caisse du supermarché ou en train de conduire. Mais quand t’es toute seule et que t’as envie de parler à quelqu’un, il préfère rester silencieux.

@Coichayco
We heart it @Coichayco

Quand t’as des choses à dire, que t’as le cœur lourd et besoin de te confier, y’a personne qui pense à toi. Et si tu prends l’initiative toi, d’appeler quelqu’un, un ami, n’importe qui, tu tombes toujours sur un répondeur, et puis un autre. Qui te dit que la personne va te rappeler très vite. Et toi en entendant cette voix de robot, la seule voix que tu as entendu depuis des heures, tu te dis que c’est pathétique, et tu veux pas laisser de message pour te plaindre encore… Oui il y a aussi une loi des séries en ce qui concerne les répondeurs, en général, ça s’enchaîne. Ils sont numéro deux dans la liste des choses qui me mettent d’une humeur de chien…
Il m’a dit « Je t’appelle ». Il n’a pas donné d’heure, juste le jour. Trois jours que je me retiens de ne pas composer son numéro. Que je me dis « Il le fera ». Et puis que je me dis juste après « Et s’il le faisait pas ». Alors depuis ce matin, moi, je ne fais que fixer ce téléphone. En essayant de me persuader que c’est pas grave s’il oublie, qu’il le fera un autre jour….En essayant de ne pas trop y penser. Mais mes yeux restent collés sur ce putain de portable qui ne sonne pas. Je le prends dans ma main, je le regarde comme si ça allait le réveiller. Mais ça marche pas. Alors je prends le crayon qui m’attend à côté et j’écris. Je me vide la tête de cette attente et de cet espoir. Je pense à autre chose. Enfin, pas vraiment, puisque c’est sur ça que j’écris… Je suis obsédée par ce petit machin bleu là, beaucoup trop discret à mon goût. Je me sens ridicule. Les minutes passent comme des jours. Ma peine commence à se muer en colère. Mais ça ne reste jamais très longtemps comme ça.
Et puis finalement, au moment où je regarde ailleurs quelques secondes, un miracle se produit. Il vibre, et puis il sonne. « Ta ta la ta la la la sur la route ta la… ». Bon ok y’a une chance sur mille pour que ce soit lui. C’est ce que je me dis pour ne pas être déçue. Mais c’est lui. Et quand je décroche j’ai le cœur qui bat super vite comme si j’avais attendu ça toute ma vie. Alors que ça fait juste des heures. Et le sourire me revient. Oui, le téléphone c’est quand même super bien la plupart du temps….

#Backstage : Quelques nouvelles et je vous présente Martin….

Un peu de nouvelles après ce petit silence pour visite familiale….

J’ai enfin réussi à enclencher le début de l’écriture avec le premier chapitre. J’ai longuement hésité à faire un résumé de l’histoire avec tous les rebondissements envisagés, puisqu’il paraît que ça se fait, mais ne réussissant pas à m’y mettre, j’ai plutôt envie d’essayer de voir où tout ça va me mener au fur et à mesure, quitte à rectifier ensuite.

@MajoJibaja

 

J’ai juste voulu mettre en quelques lignes les thèmes principaux que je souhaite aborder, comme le résumé de la quatrième de couverture . Voilà ce que ça donne.


Des vies qui se croisent, s’entrelacent et parfois se rencontrent avec violence. Des gens ordinaires, comme nous pouvons tous en croiser tous les jours dans la rue sans savoir ce qui se cache derrière leurs regards.
Histoires d’amour brisées ou prometteuses, projets d’avenir, passions dévorantes… Et puis les sentiments qui s’usent avec le temps…. Qu’ils soient jeunes ou plus expérimentés, ces êtres ont tous un point commun, ils courent après un idéal qui les rendra, comme ils le pensent, meilleurs. Certains pensent l’avoir trouvé et le garde jalousement, d’autres croient l’avoir laissé s’échapper et s’en mordent encore les doigts.
A l’heure où les coups de foudre frappent sur la Toile, où les réseaux sociaux permettent de connaître la vie de tous ceux qui nous font rêver, est-il encore possible d’avoir une vie simple et authentique ? Quelle est la limite à ne pas franchir entre un artiste et celui qui l’idolâtre ? Comment se préserver des dérives de tous ces progrès technologiques qui nous rapprochent et nous éloignent en même temps ? Peut-on encore se passer de tout ça sans être complètement dépassé par ce monde 2.0 qui ne s’arrête jamais ?
Si Célia, Benjamin, Camille et les autres vous ressemblent, ou vous rappellent des personnes que vous avez déjà croisées, ce n’est pas un hasard. Ils sont moi, ils sont nous, ils sont la société d’aujourd’hui. Imparfaits, bancals et sensibles, ils ont tous quelque chose à nous offrir.
‪#‎Backstage‬ est leur histoire.


 

Pour continuer un peu dans la découvertes de ces destins que vous allez, je l’espère, prendre plaisir à lire, voici Martin.

 

Martin

Ex mari de Marilou

38 ans

Travaille beaucoup, bonne situation

Faible, lâche

Une fille, Camille, 16 ans d’un précédent mariage

Deux enfants avec Marilou, Evan 6 ans et Solène 3 ans

Passe tous les caprices de sa fille qui lui fait payer son premier divorce

Ses parents n’ont jamais accepté Marilou qu’il considérait comme « pas assez bien » pour leur fils chéri.

Fils unique

Sous des airs séducteurs et sûrs de lui, c’est un petit garçon qui n’assume rien

Cheveux courts, grisonnants. Taille normale, belle silhouette. Yeux verts.

S’est réfugié dans son travail après son deuxième divorce.

Peu d’amis


Dernière petite chose, j’ai ouvert une page Facebook dédiée à l’écriture du roman. Sur cette page je vous partage quelques petites choses, même si pour le moment je vous les donne ici aussi. Cela me permet aussi de tester, de voir combien de personnes sont intéressées. Et puis pourquoi pas, convaincre ou non un éditeur de me donner ma chance….

Si vous voulez participer, allez la liker ici

(Il y a un petit jeu en ce moment pour choisir le prénom d’un des personnages essentiels, si ça vous dit!)

Merci à vous tous!

Le Top du Jeudi : Tout pour la musique

Hello!

J’ai toujours baigné dans la musique, ça rythme ma vie, mes humeurs, mes émotions…. Je ne peux pas m’en passer, c’est comme ça

Je cherchais un thème pour le Top de la semaine et après une petite discussion avec une amie, je me suis rendue compte que je l’avais sous les yeux, ou plutôt dans les oreilles 😉

Alors voilà mes 10 citations préférées sur la musique! J’attends les vôtres!

1.

930b493939795cb8f31c7e8ed6d64e47

2

e5f6608fb7165099d2bf4b50b91554b3

3

f85d549d28272a64b6545b343ce2a9fb

4

0d559d71a4833caff5a5d4a75b0846b9

5

bd466cf7fe9b432c042b45ee8411b4c0

6

56f5a21404cb5cfd9ca4dc9a7cc9139e

7

0d72100895bd8fce321efe4226421fdf

8

f86697e15727b6687e29771d0018ff51

9

edc2c10f26f9998fa2bcc73b3e707bdd

10

68ca8e74ee73b108f15c45ad9f201695

 

Je vous souhaite une très belle journée, avec musique ou sans 😉

 

Le coiffeur

De tous les endroits qui existent sur la Terre et ailleurs, il en est un où personne n’ose dire « ça va pas », le salon de coiffure. Même les plus grands râleurs, ceux qui grinchent, qui sont jamais contents…Regardez moi, encore, ce matin. Me voilà partie, à la limite du gambadage, chez mon p’tit coiffeur. Dans la tête, l’image d’un mannequin avec la coupe de mes rêves. Ça fait des semaines que ça me tourne dans la tête, oui c’est comme ça que je veux être. Alors voilà j’arrive dans le salon, persuadée que dans quelques heures Jean Paul Gaultier me suppliera de défiler pour lui…Oui, mademoiselle, bonjour. Ce que je veux ? Euh… Evidemment, si j’avais pu imprimer la photo de ma tête, j’aurai eu un modèle à lui montrer. Bon, on va essayer de lui expliquer. Alors je voudrai ça comme ça, si c’est possible, et ça plutôt là, mais pas là, hein, attention, faut pas confondre…Enfin si ça ne vous dérange pas trop parce que si ça vous fait trop de travail…

@amy_melampy
We heart it @amy_melampy

Pas de problème elle me dit. Alors je lui fais confiance. Me voilà installée au bac à shampooing. « C’est pas trop chaud ? Ça va ». « Oui, ça va » je lui réponds. Même si j’avais les cheveux en train de fumer, je ferai comme si tout était sous contrôle. Elle a l’air gentille la dame qui va me poupougner la tête tout à l’heure, je vais pas lui faire de la peine en lui disant qu’elle vient de me brûler. Et puis j’ai survécu à pire que ça aussi. Bon allez un grand sourire et ça repart.

Et puis arrive le moment de la pose de la couleur. Ça tire un peu les cheveux. Un peu beaucoup même. Mais c’est pas de sa faute, à la demoiselle. Elle, elle tire pour bien appliquer la couleur, c’est pour que je sois toute jolie…. « Ça va toujours ? Je tire pas trop ? »…. « Du tout non »…elle fait bien son travail, je vais pas le lui reprocher….

Et puis il faut rincer. C’est en général le moment où il faut savoir dire non. « Je vous fais un soin ? ». Et c’est là que normalement on répond « Non merci ». Sauf que là je m’entends dire « Ah ben oui, pourquoi pas ? ». Parce que, mine de rien, on culpabilise un peu de ne pas être plus sympa avec nos cheveux. On leur fait couleur sur couleur, et jamais on les remercie, on les chouchoute un peu…Alors qu’on a tous les soins possibles à la maison mais qu’on a juste la flemme d’y penser une fois de temps en temps…. « Ça leur fera du bien » qu’elle me dit. Elle finit de me convaincre. Ok, ok. Je peux bien leur offrir ça, et puis peut-être qu’ils arrêteront de tomber et de boucher ma baignoire si je suis gentille avec eux….

Enfin, la coupe. Je m’installe devant la glace sur mon fauteuil qui tourne. Bon évidemment le reflet n’est pas super avantageux. Il est loin le mannequin. « Je vous les coupe jusqu’où ? ». Ben oui, mais là ils sont mouillés mes cheveux, comment je fais moi pour me rendre compte de ce que ça donne, une fois secs. ? « Euh, comme ça, oui, un peu plus long….Juste un peu plus court…ouais, voilà ». Pas très convaincue quoi. Elle commence à agiter ses ciseaux. Ça va vite, elle sait ce qu’elle fait dis donc. Mais je ressemble pas encore à un top model. Ça dure quelques minutes, et puis elle s’arrête et elle me demande « ça vous plaît ? ». Qu’est-ce que je dois lui répondre là ? Un « non » pourrait il la faire pleurer ou changer de métier ? En fait c’est pas si mal, mais je m’en rends pas encore vraiment compte là tout de suite. « Oui c’est bien ». Et le petit sourire qui va avec.

Elle se saisit du sèche cheveux, histoire de finaliser son œuvre. Le peu de cheveux qu’il me reste me vole dans les yeux, ça gratte, ça chatouille le nez, mais je ne bouge pas. Je ne veux pas la déconcentrer, elle a mon avenir entre ses mains. Alors je me regarde dans la glace. Finalement la longueur est bien. Et la couleur sympa. Le rugissement de l’appareil s’arrête. Elle prend le petit miroir pour me montrer ce que ça donne derrière. « C’est super ! » lui dis-je avec un grand sourire. Sincère cette fois. Bien sûr si je n’avais pas aimé, j’aurai dit la même chose. Parce qu’on a jamais envie de blesser son coiffeur, celui qui a passé tout ce temps à essayer de nous faire aller mieux….on dira toujours « ça va », en pensant « je vais aller faire rectifier ça demain »…Mais là ce n’est pas le cas. Oh bien sûr Gaultier ne me remarquera pas, mais après tout j’ai pas la mentalité ni l’envie de devenir anorexique….Je suis une fille normale et c’est bien mieux comme ça…..

#Backstage : Je vous présente Marilou

Bonjour à tous!

Je vous dévoile encore une petite partie de ce roman sur lequel je travaille….

@MajoJibaja

On continue avec un personnage qui me touche un peu plus parce qu’il me ressemble sur beaucoup de points (mais pas sur tous, heureusement)…

Voici Marilou 🙂


 

Marilou

35 ans

Maman divorcée

Vit dans le même immeuble que Célia, la croise de temps en temps

Deux jeunes enfants

Un métier qu’elle déteste mais faut bien subvenir à leurs besoins

Un ex mari absent et totalement déconnecté de ses responsabilités

Une ex belle fille qui l’a toujours méprisée

Essaie de faire abstraction de ces cauchemars qui la submergent presque toutes les nuits….

Brune, grande, plutôt maigre. Jolis yeux bleus, la seule chose qu’elle aime bien chez elle

Maman poule mais souvent débordée et fatiguée

Une sœur plus âgée qu’elle ne comprend pas, Alison. Un petit frère, Simon, qu’elle a toujours couvé. Son père est décédé quand elle avait 10 ans, sa mère ne s’est jamais remariée pour ne pas que les enfants soient perturbés. Marilou se sent maintenant responsable de cette maman qui s’est privée d’un nouveau bonheur pour eux

Aime écrire ses pensées, se dit que peut être un jour elle écrira un roman, et puis non, personne ne voudrait le lire

Plutôt pessimiste

Va se lier d’amitié avec Célia


 

Si vous débarquez ici avec cet article et que vous souhaitez découvrir les deux autres personnages déjà présentés, cliquez sur l’onglet Roman à droite, et cherchez le # Backstage.

Pour me soutenir et découvrir encore davantage des coulisses de l’écriture, rejoignez moi sur la page Facebook toute neuve Lorelei Martin! Et partagez pour accroître la communauté, merci d’avance!!!!

 

 

Le Top du Jeudi : Mes 10 secrets inavouables

Hello!

Suite à mon message sur la page Facebook, dans lequel je vous demandais des thèmes pour mon prochain Top, Alexandra du blog Miuuzine m’a proposé de vous confier 10 secrets sur moi, un peu inavouables ou pas. Alors j’ai décidé de me lancer, merci Alex lol

@sandra_wahlen
we heart it @sandra_wahlen

1/ Je ne peux pas dormir si le lit n’est pas collé au mur, et bien sûr je me mets du côté du mur. Sinon j’ai peur de tomber pendant la nuit parce que je bouge pas mal.  C’est purement psychologique j’avoue.

2/ Toujours pour le dodo, je ne supporte pas être collée à quelqu’un, je veux être libre de mes mouvements. Heureusement mon mari n’aime pas ça non plus et on a un grand lit. Chacun de son côté et tout va bien. Si jamais pendant la nuit il me colle, je le pousse lol.

3/ Il m’arrive d’acheter des gâteaux que j’aime ou d’autres sucreries et de les planquer pour ne pas qu’on me les mange. Famille de gourmands. Tant que c’est pas une bouteille de vin, ça va hein.

4/ J’ai eu mon permis de conduire au bout de la 8ème fois. Oui je sais, c’est beaucoup. J’avais une peur panique de la conduite. J’ai dû en prendre des heures de leçon pour arriver à rester calme. Et dès que l’examen arrivait, j’étais en panique totale. Alors le jour où j’ai reçu mon papier rose, je peux vous dire que j’ai pleuré de bonheur.

5/ Lorsque j’étais ado, je tombais amoureuse toutes les 10 minutes. Dès que je croyais qu’un garçon me regardait différemment des autres, je m’emballais et mon cœur était à lui. Mes amis n’arrivaient pas à suivre. Bien heureusement, ces coups de foudre n’étaient jamais réciproques ou presque, sinon j’aurai une liste de conquêtes impressionnante.

6/ Je ne peux pas résister au fromage et au pain tout frais…. Je peux avoir toute la volonté du monde, dès que sens l’odeur du pain ou que je sais qu’il y a du fromage dans le frigo, je suis capable de faire un carnage. Du coup j’évite d’en acheter en période de régime (et je me fais engueuler par mon mari qui lui ne veut pas se mettre au régime)

7/ J’ai un attachement et même une fascination un peu bizarre pour les périodes de la Révolution française et de la seconde guerre mondiale. Pour être plus précise, pour Marie Antoinette, et tout ce qui s’est passé pendant l’Occupation pour les personnes qui ont été déportées. Je sais que je ne devrai pas le faire, surtout le soir, mais je ne peux m’empêcher de regarder des documentaires sur ce thème, et après j’en rêve pendant des jours. Je suis donc persuadée que, dans mes vies antérieures, j’ai vécu à ces époques, que je connaissais très bien Marie Antoinette et que je l’appréciais, et que j’ai été cachée des Allemands, ou même dans des camps…. Il faudrait que je creuse tout ça mais en même temps j’ai un peu peur de savoir.

8/ Lorsque j’étais au lycée, donc pour en revenir au petit 5/, j’étais amoureuse dingue d’un mec qui ne me connaissait même pas. Enfin, jusqu’à ce qu’avec une amie qui en était dingue aussi, on décide de lui laisser des petits poèmes dans son sac de cours… On attendait qu’il parte à la cantine et on les glissait dans le cartable qui était en salle de permanence. Et puis un soir il nous a chopés à la sortie et on en a pris pour notre grade devant tout le monde. Et ça m’a bien guérie d’un coup lol.

9/ Je ne rate aucun épisode des Mystères de l’Amour, la suite d’Hélène et les garçons. Même si je trouve les scénarios très souvent bidons, et que souvent je me dis que c’est un peu mal joué, surtout Hélène qui m’insupporte avec sa gnangnantitude exacerbée. Je m’énerve toute seule devant la télé quand y’en a un qui m’agace.  Pour le coup c’est vraiment un secret inavouable lol

10/ Je suis amoureuse de mon lit, si je pouvais y rester toute la journée je le ferai. Et tous les soirs avant de m’endormir, j’imagine une scène, une situation qui me fait rêver et je brode le scénario dans ma tête, en espérant que ça me fera rêver de ça, mais ça ne marche jamais…. En ce moment mon scénario c’est que j’écris des textes de chansons pour Vianney et qu’on s’entend très très bien…. voilà voilà, oups, désolée 😉

 

Voilà, merci encore Alex 😉 Je sais que tous ne sont pas de gros secrets, mais ce sont quand même des petites choses sur moi…..

Bisous!

 

 

C’était pas lui (vieux texte)

C’était pas lui. Ni lui. Ni lui. Toujours pas lui. Alors qui c’est? Est-ce qu’il existe réellement. Pourquoi c’est toujours ceux qui ont l’air d’y croire le plus qui sont en fait les plus gros imposteurs. S’il y avait une médaille de la plus naïve, je la remporterai haut la main tous les ans depuis une éternité. Bien sûr que je me pose des questions sur moi, bien sûr que je me dis à chaque fois que ça plante que c’est ma faute. Mais est-ce que je les oblige moi à m’arroser tous les jours de belles paroles et de rêves sucrés? C’est tellement facile, et puis tellement lâche de se dégonfler quand ça commence à devenir sérieux….

@marta_sozinho
We heart it @mart_sozinho

Je ne demande pas grand chose pourtant. C’est déjà trop. Qu’on ne me parle plus de bonheur, le bonheur j’en veux pas. Ah oui c’est sûr que pour un temps ça fait du bien, on se sent plus léger et puis on oublie la peine et les larmes. On se dit c’est beau la vie. C’est ça le bonheur. Tout le monde lui courre après. Moi désormais je le fuirais. Quand ça commencera à devenir un peu trop rose, un peu trop beau, j’arrêterai tout. Le bonheur on sait pas quand ça arrive, des fois ça te tombe dessus quand tu t’y attends pas. Et tu te dis,alors c’est vrai que la roue tourne. Le problème c’est que tu ne peux pas savoir non plus quand il s’en va. Parce que c’est certain qu’il va s’en aller. C’est mathématique, c’est écrit. Je suis désolée de vous dire ça, mais le bonheur ce n’est pas fiable.

Le pire c’est que les gens comme moi, on s’y attache vite. Et pourtant on sait comment il fonctionne, on le connaît par cœur ce salaud de bonheur. Il n’empêche qu’on replonge à tous les coups. Il ne faut jamais dire « Fontaine, je ne boirai plus de ton eau », parce qu’on a toujours suffisamment soif pour la boire encore et encore. Et les imposteurs,ils savent bien comment te donner soif. Ils ne te lâchent pas tant que tu n’es pas tombée. Ils ont les mots et les attitudes parfaites pour te faire du bien. En sachant déjà que c’est pour mieux te faire du mal ensuite. Ben oui, en plus les imposteurs ne sont pas bêtes. Ce sont des prédateurs intelligents.

Il est assis à côté de moi mon dernier prédateur en date. Il a déjà lâché la bombe qui m’a anéantie. Alors maintenant il ne me regarde plus. S’il me regardait, je verrai dans ses yeux comme il me méprise et quelle fille nulle je suis. Alors je préfère qu’il m’ignore. Je n’ai toujours pas réalisé que c’est fini entre nous. J’ai cru que ça ne finirait jamais. J’ai cru que ce bonheur là, il resterait. Encore raté. Il est assis donc et moi je le regarde sans qu’il me voie. Il ne sait pas que je le trouve beau, et que j’ai rien qu’envie de me blottir dans ses bras. Il me demande ce que je fais. J’écris sur toi bébé, sur ce que tu m’as fait sans te douter que je t’aimais déjà si fort. Non je ne lui dis pas ça. Je travaille. Voilà, je travaille c’est bien ça. Tu travaille sur quoi? Sur un truc…

Je ne sais pas pourquoi il reste. Il m’avait dit qu’il avait envie de passer du temps avec moi. Mais ça c’était avant. Quand je lui plaisais encore. Et pourtant il est encore là. Et je passe mes jours et mes nuits à côté d’un mec qui me plaît et dont je meurs d’envie, sans que je ne puisse rien faire pour apaiser cette faim de lui. C’est une torture. Surtout la nuit. Je voudrai lui dire de s’en aller. Mais je n’y arrive pas. Il a fait tellement de kilomètres pour me rejoindre que je n’ose pas lui dire « Rentre chez toi ».

J’avais parié sur un joli bonheur avec lui, dans ses mots je me retrouvais, dans sa vie je me voyais. Je me suis encore bien trompée. Le malaise grandit de jour en jour. Les silences se font de plus en plus longs. C’est suffocant et invivable. Les journées sont interminables et les nuits douloureuses. J’ai perdu le sourire et l’espoir. J’ai cru au début que je pourrai le faire revenir sur sa décision mais maintenant je sais que non. Et c’est pas grave parce qu’on est absolument pas faits l’un pour l’autre. N’empêche que ça fait mal quand même.

C’est fou ce qu’on s’habitue à des petites choses. Un texto le matin pour me dire bonjour, un le soir pour me souhaiter de doux rêves. Des heures de douceur au téléphone où on se fait des confidences et de belles promesses. Des traces qu’il va falloir effacer et oublier. Une routine qui était bien trop jolie pour durer. Le bonheur ça ne dure pas. En tous cas, pas avec moi. Non le bonheur est une arnaque, une grosse escroquerie. J’aimerai porter plainte contre lui et son frère l’amour. Celui là aussi m’en fait baver. Et si je devais gagner le procès, je vous jure que je reverserai tous mes dommages et intérêts à toutes les victimes d’imposteurs comme moi, mais qui elles n’ont pas eu le courage de se révolter contre ça. Et pourtant il y a de quoi….

C’était pas lui, non, c’est sûr. Ce n’est personne.

Un certain 11 septembre… (vieux texte)

Il y a de ces événements qui bouleversent le monde. En bien ou en mal. Des jours qui changent à tout jamais notre vision des choses, qui ne seront jamais des jours comme les autres. Si on demande à quelqu’un ce qu’il faisait ce jour là, au moment où c’est arrivé, il y aura 90 % de chance qu’il te réponde sans hésitation.

@carolouh
We heart it @Carolouh

Moi j’étais chez moi, dans mon petit appartement à l’abri du danger. Je revenais de la fac où je m’étais inscrite. Je me suis assise sur le canapé et j’ai allumé la télé. Un vieux réflexe, une présence dans la pièce. Mais sur mon écran à la place de ma série habituelle, des images de film d’horreur. Pourtant, pas un film de ce genre n’était prévu aujourd’hui. Je zappe et je vois que c’est le même film sur toutes les chaînes.

Le cerveau met parfois du temps pour s’habituer au terrible. Le mien n’a pas échappé à la règle. Pendant de longues minutes je n’ai pas réalisé, je n’ai pas compris qu’il s’agissait de la réalité, de la vie. Que ce n’était pas des acteurs qui pleuraient dans cette rue. Que ce n’était pas des corps en carton pâte qui se jetaient des fenêtres.

Et puis j’ai fini par intégrer l’idée. Et là ça a été pire. J’aurai voulu éteindre la télé et effacer ces images, mais je ne pouvais pas. J’étais hypnotisée de douleur face à l’écran qui me montrait la haine, la détresse, la mort. Des heures et des heures de larmes et de peur, de flashs spéciaux tellement spéciaux, de témoignages hallucinés. Et encore des jours, des mois, des années après, les mêmes vidéos, les mêmes souvenirs, qui me serrent le cœur jusqu’à l’âme à chaque fois.

On se souvient tous de ce jour là. De ce qu’on faisait, dans quel endroit on se trouvait. Comment on a appris la nouvelle, qui nous l’a dit. Et ce qu’on a ressenti. Il y a des événements qui changent la face du monde et qui te changent aussi, toi…