Les Kinder (vieux texte)

Si un jour on m’avait dit que je bouderai des Kinder Surprise…Mon remède anti-cafard, mon truc en plus, ce qu’il y a de meilleur sur Terre (après le sexe et encore…)…Ben non ce soir ça passe pas. Je les mange quand même, vite, sans les savourer par petit morceau comme je le fais d’habitude. Je les mange pour ne plus les voir dans le placard de la cuisine quand j’irai chercher du pain ou des petits pois. J’ouvre l’oeuf en plastique jaune et je découvre le jouet. Je le mets à côté de tous ceux qu’on a découvert ensemble….

@krisrus
We heart it @krisrus

Ils ont un drôle de goût ces Kinder là. Un goût de larmes peut-être. Un goût d’amertume. Il va falloir que je trace une croix sur ces cochonneries là. Pas parce que ça fait grossir, non ça je m’en fous pas mal, ça m’a jamais empêchée de me faire plaisir. Juste parce que ce fut le début de notre histoire et que je sens bien que cette histoire se termine.

Elle a déjà eu souvent l’occasion de finir et pourtant nous sommes toujours là. A garder le contact et les yeux qui brillent quand on est deux. Non, on ne s’embrasse plus. Juste sur les joues. On ne se touche plus. Sauf quelquefois quand on ne le fait pas exprès…Non on ne s’aime plus. Mais je l’aime comme personne ne l’aimera jamais.

Parce qu’il est celui qui me remet toujours sur les rails, celui qui d’un regard peut me recoller les blessures et les faire cicatriser. Celui qui croit en moi plus que je n’oserai jamais le faire moi même… J’ai besoin de lui oui. Tous les jours. Et je pensais que je ne perdrai jamais ce repère là, cette présence dans ma vie. Je ne voulais pas penser que ça arriverait. Quand on dit « toujours » je ne m’inquiète pas….

Mais parfois il y a des imprévus, des dieux là hauts qui n’aiment pas voir que je vais bien. Alors ces dieux là ils mettent sur sa route une jolie fille, avec de jolies jambes et un sourire hypnotisant. Les mecs, ils résistent pas à ça, c’est calculé pour. Et même s’ils résistent un peu au début, ils succombent très vite. Alors voilà, mademoiselle l’hôtesse de l’air, jalouse maladive qui lui met le grappin dessus. Et moi qui l’ai toujours connu fort, je le vois faiblir, je le vois tomber. Elle le manipule comme elle a toujours manipulé les hommes. Lui ne sait plus, il la suit, il veut lui donner une chance, il veut y croire.

Il me demande mon avis, je lui donne, pas très objectif certes mais il vaut ce qu’il vaut. Il sourit, il me remercie, dit que je suis irremplaçable.

Mais pourtant j’ai peur. Pour la première fois j’ai peur de le perdre vraiment. Parce qu’elle n’acceptera pas que je fasse partie de sa vie aussi. Je ne la connais pas, alors pourquoi je la déteste autant… Parce que si quelqu’un doit un jour briser cette amitié là ça sera elle c’est sûr….

Ce soir, il devait venir chez moi pour une de ces soirées à refaire le monde, celles qui me sont tellement vitales…J’avais fait une jolie tarte, et acheté des Kinder pour lui remonter un peu le moral….Et puis un coup de fil tout à l’heure. Je suis avec elle, j’ai changé d’avis, je veux réessayer… Et là tout qui s’écroule encore…J’en ai marre, je suis fatiguée…J’ai mangé la tarte seule. Elle était délicieuse, c’est déjà ça. Et puis les Kinder qui m’ont rendue malade. Ils n’ont plus du tout la même saveur sans lui. Je ne sais pas si ma vie aura la même saveur non plus….

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s