A 20 ans (on est invinciblessssss)….

We heart it @Spirited_Star
We heart it @Spirited_Star

A 20 ans, je vivais dans un endroit, dans une région qui me convenait. Oui voilà, c’est le mot, ça me « convenait ». J’y étais née, j’y avais grandi, et je poursuivais ma vie là bas. Je ne l’aimais ni la rejetais. Je ne me posais pas la question d’aller un jour vivre ailleurs. Le chemin était tracé pour marcher là bas et voilà. Et puis un jour, m’est apparu l’envie d’aventures. Dans les yeux d’un beau musicien. Et j’ai pris ma petite valise (mais ça je vous l’ai déjà raconté )

Aujourd’hui, je suis une Sudiste. Je n’ai pas l’accent du tout (et je suis contente car Alice commence à l’attraper un peu hi hi). J’ai vécu à différents endroits et je bougerai sûrement encore car je commence à me lasser de là où je vis. Je resterai dans le Sud mais j’aimerai me rapprocher un peu de la mer, comme lorsque j’habitais Montpellier. Mes racines italiennes apprécient le fait que je sois de ce côté de la France, là où la vie est plus douce et jolie.

A 20 ans, je vivais ma première vraie histoire d’amour. Je veux dire, la première avec des sentiments réciproques. Jusque là, j’avais été amoureuse très, très, trop souvent de garçons qui soupçonnaient à peine mon existence (bon ok je n’étais pas forcément très discrète à les mater dans la cour de récréation). Mais là, enfin, je découvrais les premiers baisers, les premiers Je t’aime, les premiers émois. La complicité, le rire, les projets. Et c’était bon. Jusqu’à ce que l’amour se casse, on pense que c’est pour la vie. Et puis en fait, non.

Aujourd’hui, je sais. Même si on ne sait jamais vraiment. Je sais que l’amour ça se construit tous les jours. Que non, ce n’est pas rose tout le temps, sinon on vivrait chez Disney, et encore même là y’a des histoires qui finissent mal. Mais que ça vaut la peine quand même. Que lorsque vous rencontrez la personne qui vous donne envie de vous lever le matin juste pour l’embrasser vite fait alors que vous êtes crevés et que vous pourriez encore dormir plusieurs heures, c’est qu’il se passe quelque chose de spécial (et croyez moi, c’est la fan des grasses mat qui vous parle). Que oui il nous énerve à ronfler dans le canapé au bout de 5 minutes alors que vous attendiez cette soirée devant la télé à deux depuis longtemps. Mais que vous le trouvez tellement mignon quand même, et aussi quand il ronfle, que vous pouvez lui pardonner.

A 20 ans, je ne savais pas trop ce que je voulais faire de ma vie. Je faisais des études que j’aimais en espérant que ça déboucherait quelque part. Je n’y ai pas cru longtemps je crois. J’aurai pu me battre plus quand j’ai eu mon diplôme, aller à Paris, partir bosser dans une boîte de production ou dans une chaîne de télé. Mais j’avoue, ça m’a fait peur. J’étais très jeune, hyper timide, pas débrouillarde pour un sou. Je suis sûre que ce milieu n’était pas fait pour moi et que je me serai vite faite dévorer. Alors j’ai enchaîné les petits boulots qui ne correspondaient absolument pas à ce que j’avais étudié. Plus éloigné que ça, tu meurs. Et je suis rentrée dans la spirale des jobs alimentaires. J’y ai laissé quelques plumes, j’ai versé pas mal de larmes de découragement.

Aujourd’hui, je travaille dans un domaine que j’aime. J’ai complètement changé de voie par rapport à ma formation initiale mais c’est pas grave, il faut savoir évoluer dans la vie. Ce n’est pas le boulot du siècle, je ne suis pas la plus épanouie du monde, mais je m’en contente très bien. Et même si financièrement, je ne pourrai pas en vivre si j’étais seule, je ne me lève pas le matin en pleurant de devoir bosser. Et rien que ça, c’est un luxe énorme pour moi

A 20 ans, je vivais mes passions à fond. J’adorais déjà les concerts, j’en faisais à la pelle, parfois deux ou trois d’affilée du même artiste. Je profitais, et j’étais aphone le lendemain. Et je me disais je suis jeune, on a qu’une vie.

Aujourd’hui, je pense toujours la même chose. Je n’ai plus la possibilité d’en faire autant, mais j’ai besoin d’avoir ces moments de joie, de lâchage complet, où j’oublie pendant quelques heures les factures à payer, les couches et les difficultés éducatives avec ma fille. Que jamais on ne m’enlève ça, sinon le fusible ne va pas tenir la pression. Même si le lendemain, je me dis à chaque fois « c’est plus de mon âge ces conneries ». J’y retourne dès que je peux quand même.

A 20 ans, je n’avais pas mes enfants. Je savais qu’un jour j’en voudrai mais je n’étais pas vraiment pressée. Mon amoureux de l’époque pensait la même chose. Et puis un jour j’ai cru être enceinte, et quand je lui ai dit j’ai vu la panique dans ses yeux. Et je me suis dit « Et si c’était vrai, si je l’étais vraiment, comment ça se serait passé pour nous ». Il a vite été rassuré, mais à partir de ce moment là un petit quelque chose s’était légèrement fissuré dans mon cœur.

Aujourd’hui j’ai deux magnifiques amours. 5 ans et 13 mois. Deux portraits crachés, et qui me ressemblent beaucoup aussi. Une fille et un garçon. Comment était ma vie avant leur naissance. ? Moins fatigante sûrement. Il m’est arrivée et je vous l’avoue avec difficulté, certaines nuits, de me dire, et si on pouvait revenir en arrière. Quand je pouvais aller me promener, seule avec moi-même, quand j’en avais envie, sans poussette, sans sac à langer, juste moi. Quand je ne m’occupais que de moi. Quand je me faisais un ciné, juste comme si j’allais faire les courses, parce que je m’ennuyais cet après midi là. Sans devoir le prévoir des jours voire plus à l’avance. Et là la vérité me frappe violemment. Non, je ne m’ennuierai plus jamais, non je ne me promènerais plus jamais seule…Parce que même si effectivement un jour je suis seule, ils seront toujours dans ma tête et dans mon cœur. Depuis eux, ma vie est tellement remplie de choses merveilleuses que les moments moins merveilleux sont enfouis tout en dessous.

A 20 ans, je faisais des fêtes pour mes anniversaires. J’invitais plein de gens, je dansais, et c’était bien. Mon amoureux m’avait offert une énorme peluche de Simplet, à qui je vouais un véritable culte. Je collectionnais tout ce qui se rattachait à lui, mugs, porte clés, vaisselle, livres….Ne me jugez pas s’il vous plaît. Je rêvais d’aller vivre à Disneyland. J’ai d’ailleurs fait mon mémoire de fin d’études sur les films de Walt. Bref, je me réfugiais dans ce monde merveilleux et je ne voulais pas vraiment en sortir pour grandir.

A 35 ans, je les regarde toujours mais pour ma fille. Si si, je vous le jure. Je ne lui dis jamais « Allez ma chérie, tu veux bien regarder La belle au bois dormant » avec Maman, allez stpppp ». Au contraire. Je lui ai donné ce qu’il me restait de ma collection, et même ma grosse peluche. Bon, par contre, j’ai demandé des baskets Princesses Disney pour mon anniversaire…. Mais elles sont trop swag, c’est pas ma faute…..

VA211S01F-T11@2

A 20 ans, on est invincibles, à 20 ans rien n’est impossible…. C’est ce que chantait la grande philosophe Lorie dans son tube planétaire Je ne me sentais pas invincible à 20 ans, au contraire. Je n’avais aucune confiance en moi, je me sentais inutile et transparente. Et si je n’avais pas bouleversé toute ma vie comme je l’ai fait, ce serait sûrement encore le cas.

Aujourd’hui j’ai un peu plus de rides chaque année autour des yeux, et pas encore de cheveu blanc, heureusement. Je n’ai jamais été propriétaire d’une maison, ou même d’une voiture. J’ai toujours du mal à gérer les comptes mais je progresse. J’ai les mêmes amis qu’il y a 15 ans, et d’autres aussi depuis. Je suis comme je suis, avec mes bougies à souffler.

Aujourd’hui ça fait 35 ans que je suis sur cette Terre et je fais de mon mieux pour m’y sentir bien. Et c’est déjà pas mal, non ?

Publicités

10 réflexions sur “A 20 ans (on est invinciblessssss)….

  1. Aujourd’hui je te souhaite un très joli anniversaire.
    Et oui, on a plus 20 ans, on a des enfants, on ne fait plus les mêmes choses c’est certaine, mais tant qu’on avance en sachant profiter de chaque, finalement c’est ça le plus important.
    Et surtout à 35 ans, tu as vrai talent d’écriture. J’aime lire tes billets. J’espère que tu continueras encore longtemps !
    Bisous et passe une très belle journée, c’est la tienne !

    Aimé par 1 personne

  2. Joyeux Anniversaire! Vive les 35 ans! Vraiment…
    A 20 ans on avait des rêves, des envies. Aujourd’hui on a réalisé certains rêves et d’autres ont changé de forme.
    A 20 ans, je n’avais pas plus confiance mais j’avais l’impression que le monde m’appartenait, que je pourrais tout vivre, sans me briser. A 35, j’ai quelques cicatrices pour me rappeler que j’ai vécu, que j’ai cru que tout était possible. Je suis moins rêveuse, toujours idéaliste, sans regrets.
    Profite de ta journée et des années à venir. Le meilleur n’est jamais loin!

    J'aime

  3. Joli texte ! Il me parle, je viens d’avoir 40 ans.
    A 20 ans, on a la vie devant soi. A 40, on l’a regarde défiler comme on regarde un vieux super 8 rempli de souvenirs. Mais on finit toujours par se dire qu’il en reste au moins autant à construire !

    Bel anniversaire 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s